« VTC » ou chauffeur privé, le jeu des 7 différences…

« VTC » ou chauffeur privé, le jeu des 7 différences…

Ou comment ne pas se tromper !

« Je vais commander mon Uber »

Une phrase que l’on entend aujourd’hui sur les lèvres de tout le monde, comme si « Uber » était devenu le nouveau « sopalin » pour « essuie-tout » ou le « kleenex » pour « mouchoirs ».

Parce que, si l’on revient seulement quelques années en arrière, on se rend vite compte que « Uber » ne rime pas avec « Chauffeur », dans tous les cas, pas au sens de la Grande Remise.

C’est pourquoi nous allons aujourd’hui vous expliquer en sept différences (jouons un peu !) la différence entre les VTC (comprenez, voiture de transport avec chauffeur) de la Grande Remise et les « Uber », ces nouveaux chauffeurs 2.0 travaillant sur applications exclusivement.

1/ Le prix

« Mais vous êtes cher ! »

On ne va pas vous mentir, commander un chauffeur, et commander un Uber ne va pas vous coûter la même chose.

En moyenne, Uber a baissé les prix de ce secteur d’environ 50% sur une course.

Pour vous donner un exemple, la course minimum chez Uber est fixée à 6€, quand celle d’un VTC l’est à 35€ (au minimum …). Ici, c’est une diminution de 82% …

Ouch ?

Pas forcément si l’on compare tous les autres points qui vont suivre …

2/ La voiture

« Oh bah merci l’odeur du tabac ! »

On reprochait aux taxis le manque d’entretien sur leur voiture : des tapis pas propres, des sièges au cuir défraîchit, des coups multiples sur la carrosserie, les restes d’un déjeuner sur le siège avant, et par-dessus tout ce fouillis, une odeur très particulière sueur-nourriture- renfermé-cigarette-café froid.

Bon appétit !!

Après de nombreuses campagnes de publicité d’Uber dénonçant ces pratiques, c’est pourtant exactement ce qu’il se passe auprès de leurs propres partenaires chauffeurs.

Vous ne remarquez pas cette baisse de service, des voitures de plus en plus sales et de moins en moins soignées ?

3/ Le chauffeur

« Je suis exténué, je n’ai pas envie de devoir ENCORE faire la conversation »

Uber vous promettait un chauffeur en costume sombre avec une cravate et rasé … un chauffeur donc !

C’est la base du métier de VTC : un chauffeur à votre service, à l’écoute de vos demandes, attentionné, et discret.

Car, oui, ce que l’on demande à un VTC, c’est de la discrétion avant tout : il ne va pas vous tenir une conversation sur le président actuel, ou le futur, en vous disant que de toute façon « on sera dans la merde avec n’importe qui ! »

Non, non ! Quand vous commandez un VTC de Grande Remise, vous pouvez vous installer confortablement à l’arrière et profiter d’un moment de calme et de sérénité après une journée fatigante ou une soirée bien animée.

Les seules questions que le VTC vous posera seront la confirmation de la destination, si la température ambiante vous convient et quelle station de radio vous aimeriez écouter.

Ce qui nous amène à la prochaine différence, qui n’est pas des moindres …

4/ Le service

« Bah …. Ils sont où mes bonbons ? »

On vous parlait d’un chauffeur attentionné, alors que fait-il concrètement ?

Le chauffeur VTC, en plus des bouteilles d’eau et bonbons habituels, vous offre la possibilité de demander ce qu’il vous plaira. Les courses se faisant uniquement sur réservation, vous pouvez, au cours de votre commande, demander un journal spécifique ou une boisson spécifique.

Votre chauffeur VTC, qui vous connaitra et apprendra chaque jour à vous connaitre, vous permettra d’avoir un trajet entièrement personnalisé.

Il saura que vous n’aimez pas la climatisation, que vous adorez écouter du Jazz en voiture, que vous aimez passer par la place de l’Etoile, que vous travaillez en voiture et avez besoin d’un accès Wifi, que vous préférez les Mi-Cho-Ko aux Arlequins, que lorsqu’il vient vous chercher le matin avant d’aller travailler, vous ne pouvez pas commencer votre journée sans un croissant et un jus d’orange …

Bref, les possibilités restent infinies, car c’est vous qui les choisissez.

Un service à la carte, que vous n’aurez certainement pas chez Uber …

5/ La connaissance

« -Je vais à Montparnasse
-Je connais pas le chemin, vous voulez passer par où ? »

Le chauffeur VTC utilise bien évidemment les technologies qu’il a à disposition comme les systèmes de navigation, mais il sait pertinemment que rien ne remplace la connaissance de sa

ville.

Les trajets sont optimisés et anticipés lorsque le chauffeur connait son « terrain ». Pas de mauvaises surprises donc, et pas de risque d’arriver en retard à un rendez-vous.

Si vous avez besoin de faire un arrêt en cours de chemin, il saura prendre les bonnes rues pour y arriver le plus rapidement possible.

6/ La conduite

« Rouler à 80 en ville … ? »

Le VTC, c’est un métier.

C’est donc un savoir-être et savoir-faire que l’on acquiert en suivant une formation, au cours de laquelle le chauffeur apprend à conduire.

Ne vous scandalisez pas, le VTC a déjà son permis de conduire !

Ce qu’il apprend, ce sont les techniques de conduites qui permettent au passager d’avoir un trajet qu’il sent le moins possible.

  • Ne pas prendre les virages serrés
  • Ne pas accélérer et freiner brutalement
  • Avoir une conduite souple
  • Prendre les ralentisseurs le plus délicatement possible

Une chose qui paraît « évidente », mais qui n’est pourtant pas appliqué dans la plupart des cas chez Uber.

En prenant un Uber, il nous arrive régulièrement d’être plaqué contre son siège parce que le chauffeur ne veut ABSOLUMENT PAS s’arrêter au feu qui va bientôt passer au rouge, ou de se retrouver simplement sur une autoroute à 120 km/h alors qu’elle est limitée à 80.

En sortant d’une voiture de chauffeur de Grande Remise, nous ne sommes pas rassurés de remettre les pieds sur la terre ferme, mais presque triste que le voyage s’arrête là.

7/ Le privilège

Grâce à toutes ces raisons, le client du chauffeur VTC se sent privilégié, spécial. Il n’est plus « une course », « un transfert aéroport », « un type qui m’a permis de finir ma journée ».

En remplissant toutes les demandes du client, le chauffeur de Grande Remise le place comme « son client ».

Une relation unique s’établit, relation que vous ne retrouvez pas chez Uber.

Alors, malgré cette différence de prix, on se dit quand même que le jeu en vaut la chandelle !

2017-05-01T04:45:14+00:00